• Dodie Allaitement 4 Coquilles d'Allaitement - Boîte 4 coquilles
    Dodie Allaitement 4 Coquilles d'Allaitement sont deux paires de coquilles indiquées pour continuer l'allaitement en toute sérénité. De forme anatomique, elles restent discrètes sous les vêtements et offrent un confort optimal. Leur membrane est
  • Philips Avent SCF254/61 60 coussinets d'allaitement jetables - jour et nuit
    Plus de confort, plus de lait Couche externe anti-fuites et respirant Matière ultra-absorbante et cœur triple couche Voile supérieur alvéolé 2 bandes adhésives pour maintenir le coussinet en place
  • MAM Allaitement Bout de Sein Silicone Taille S 2 unités
    MAM Allaitement Bout de Sein Silicone Taille S 2 unités est une solution pour faciliter l'allaitement. Grâce aux bouts de sein la stimulation buccale du bébé est amplifiée et facilite la tétée. Ses + : Le silicone étant souple, l'enfant attrapera le mamelon sous le bout de sein en toute aisance et découvrira que le lait arrive abondamment. La prise en bouche est optimale, bébé boit plus aisément. Sa surface douce et mince procure une sensation familière, la forme découpée permet de garder le contact maman bébé. La matière est similaire à une tétine, ce qui aide bébé à prendre le sein sans difficulté, et à poursuivre avec le biberon quand il grandit. En cas de crevasses douloureuses ou saignantes, un bout de sein permet d'éviter de souffrir lors de la prise en bouche du téton, et le sein guérira plus rapidement.

Si une mère veut avoir un bébé en bonne santé et qui se développe convenablement, elle doit prioriser l’allaitement durant les 6 premiers mois de son enfant. L’alimentation en lait maternel d’un nourrisson est indispensable pour le bébé. Cet article explique pourquoi l’allaitement est un mécanisme naturel indispensable pour un bébé. Pour que la sécrétion de lait ait lieu, le bébé doit stimuler le mamelon. Pour produire cette stimulation des glandes mammaires de la mère, le bébé effectue une succion instinctive qui amène l’hypophyse antérieure à libérer l’hormone prolactine, déclenchant ainsi la sécrétion de lait.

L’allaitement : un mécanisme naturel

L’allaitement est un processus qui se fait naturellement, car une fois que les lèvres du bébé touche le sein de sa mère ou bien qu’il sent le lait, il penche légèrement la tête en arrière, ouvre grand la bouche, et met la langue vers le bas et vers l’avant pour chercher le mamelon. Ce mécanisme naturel est appelé le réflexe d’enracinement. Lorsque le bébé est suffisamment proche du sein et prend une bouchée assez grande, il peut ramener le mamelon jusqu’à ce qu’il touche le palais mou.

Cette action stimule le réflexe de succion. Les muscles déplacent alors la langue en une vague de l’avant vers l’arrière de la bouche, sécrétant le lait des canaux sous l’aréole dans la bouche du nouveau-né. En même temps, la réflexe ocytocine fait couler le lait le long des canaux.

Ensuite, le réflexe de déglutition se produit, c’est-à-dire que le bébé avale lorsque l’arrière de la bouche se remplit de lait. Il est important de savoir que les réflexes d’enracinement, de succion et de déglutition se réalisent automatiquement chez un bébé né à terme et en bonne santé. C’est la raison pour laquelle, une mère doit savoir que le bébé ne peut pas prendre automatiquement le sein lorsque celui-ci se trouve assez loin de sa bouche.

Chaque sein contient une glande mammaire dont la mission est de produire du lait.

À l’intérieur de chaque sein se trouve une glande (ressemblant à des grappes de raisin) suspendue dans un réseau (tissu conjonctif) dans lequel elle est entremêlée de graisse, d’artères, de veines et de nerfs. La glande est divisée en lobes, ceux-ci en lobules et ceux-ci en alvéoles. Les alvéoles sont de petits sacs qui conduisent à des ductules. Les parois de l’alvéole contiennent les lactocytes qui fabriquent le lait, les capillaires qui transportent le sang vers les lactocytes (avec les nutriments nécessaires à la fabrication du lait), les cellules musculaires et nerveuses. Pendant la lactation, chaque alvéole se remplit de lait. En réponse à la succion du bébé, les nerfs stimulent les muscles de la paroi, et ceux-ci compriment l’alvéole qui expulse le lait à travers les ductules.

L’action des hormones.

Chez le nouveau-né, les seins peuvent produire du lait sous l’influence des hormones maternelles. Ils entrent ensuite en sommeil dans la petite enfance jusqu’à l’adolescence, lorsque les hormones sexuelles féminines (œstrogènes et progestérone) stimulent leur croissance chez les filles. Les seins grossissent et l’aréole et le mamelon deviennent plus foncés. La glande mammaire grossit, se développe et les seins accumulent de la graisse. À chaque cycle menstruel, les hormones stimulent un nouveau développement (certaines femmes remarquent une tension mammaire). S’il n’y a pas de grossesse, la règle diminue et les changements disparaissent. La glande mammaire continue de mûrir et de croître jusqu’à l’âge de 35 ans. Elle diminue ensuite lentement jusqu’à involuer pendant la ménopause.

S’il y a grossesse, les œstrogènes, la progestérone, la prolactine et le lactogène placentaire préparent l’organisme à allaiter. Les seins grossissent, l’aréole et le mamelon deviennent plus foncés (pour que le bébé puisse mieux les voir), les glandes de Montgomery (grosses dans l’aréole) se développent (elles fabriquent de la graisse pour lubrifier le mamelon) et la glande grossit beaucoup, développant plus de lobules . Le corps stocke des réserves de graisse pour fabriquer du lait. Le cerveau augmente sa sensibilité aux hormones de la lactation (ocytocine et prolactine).

Pendant la grossesse, de la prolactine et de l’ocytocine sont produites, mais le placenta arrête leur action sur les seins. Après le travail et l’accouchement (lorsque le placenta est expulsé), l’ocytocine et la prolactine sont libres d’agir et la production de lait commence. La peau à peau et la succion du bébé font le reste.

Comment agissent les hormones ?

Ocytocine : La proximité des personnes que nous aimons et leur contact provoque la production d’ocytocine dans le cerveau des hommes et des femmes et nous aide à établir des relations (des liens). C’est pourquoi on l’appelle l’hormone de l’amour. Les niveaux les plus élevés d’ocytocine sont produits chez les femmes pendant l’accouchement pour aider le bébé à sortir en contractant l’utérus. Après l’accouchement, chaque fois que la mère touche, sent, voit ou pense à son bébé, mais surtout lorsqu’elle allaite, elle produit de l’ocytocine.Environ 30 secondes après que le bébé a commencé à téter, L’ocytocine monte rapidement et le lait commence à s’écouler dans les conduits. La mère remarque des picotements et des tensions : c’est la « montée » ou la « chute » du lait. Dans le même temps, l’ocytocine agit sur l’utérus qui se contracte (les torts). En outre. L’ocytocine déplace les graisses hors du stockage, aidant à la production de lait (ainsi que d’autres hormones comme l’insuline, la thyroxine ou l’hormone de croissance). Au niveau du cerveau, l’ocytocine favorise le lien mère-enfant et stimule les comportements maternels (désir de s’occuper du bébé, besoin de contact, vigilance et défense contre tout risque éventuel).

Prolactine : Elle est également produite dans le cerveau lorsque le bébé tète. Sa mission est de stimuler les lactocytes pour produire du lait. Plus la poitrine se vide, plus la prolactine est produite. La production de prolactine est plus élevée entre une demi-heure et une heure après la tétée et surtout lors des tétées nocturnes. De plus, la prolactine produit un effet calmant et relaxant sur le cerveau maternel et favorise un sommeil plus réparateur.

FIL (Facteur Inhibiteur de Lactation). C’est une protéine du lait qui aide le sein à réguler la quantité de lait à produire. S’il reste du lait dans le sein, il y a aussi plus de FIL qui signale au sein de produire moins de lait. Au contraire, si le sein est vidé fréquemment, il reste peu de FIL, signalant au sein la nécessité de produire plus de lait.. Par conséquent, lorsqu’un bébé tète plusieurs fois ou que la mère vide son sein avec un tire-lait, plus de lait est produit. Cependant, si le bébé ne vide pas ses seins fréquemment, la quantité de lait diminue. La quantité est ajustée mais l’effet n’est pas immédiat. Il peut sembler que si le bébé tète moins de fois, le sein est plus plein à chaque tétée et le bébé tète plus. Mais c’est un effet trompeur et en quelques jours le sein produit moins de lait. Lorsqu’un bébé tète plus d’un sein que d’un autre, ce sein finit par avoir beaucoup plus de lait que l’autre.

Ce qu’il faut faire durant l’allaitement

De nombreux bébés ont besoin d’aide pour que le processus d’allaitement se fasse naturellement. Pour le cas d’un bébé somnolent à cause des médicaments de sa mère, d’un bébé prématuré ou malade, ils ont le plus souvent besoin de l’aide de leur mère pour attacher efficacement le sein. Une fois que le bébé arrive à téter pour la première fois, il est conseillé de le laisser sur le premier sein jusqu’à ce qu’il se détache pour lui offrir ensuite le deuxième.

Il est également utile de faire savoir que certains bébés prennent seulement un sein durant l’allaitement et d’autres les deux. Pour éviter de se fatiguer durant l’allaitement, il est conseillé de s’allonger sur les côtés pour permettre de reposer les épaules et le bas du dos. Il s’agit d’une astuce pratique pour les mères qui ont eu une césarienne et qui ont le syndrome du canal carpien ou pour celles qui sont juste épuisées.

Il suffit de mettre un oreiller entre les genoux et les bras, sous la tête, puis amener son bébé en face. Au début, il est préférable de solliciter l’aide de quelqu’un d’autre. Utiliser un tabouret d’allaitement est également une bonne idée pour se mettre à l’aise.

Existe-t-il différents types de lait ?

Le lait des premiers jours s’appelle  colostrum. Elle est rare, dense et très riche en protéines et défenses. C’est exactement ce dont le bébé qui n’a jamais mangé a besoin pendant ces premiers jours. Entre le 2ème et le 4ème jour la « montée de lait » a lieu. Un lait plus fluide apparaît en bien plus grande quantité (lait de transition). Après 15 jours et durant 4 à 6 semaines, le sein continue à se développer et s’adapte aux besoins du bébé (lait mûr). À 2 mois, les seins ne sont plus aussi pleins qu’au début, mais il y a des augmentations lorsque le bébé tète. Si le bébé tète quand il a besoin de manger ou de se calmer, le sein produira le lait dont il a besoin pour grandir.

Le lait change tout au long de la tétée (plus clair au début, plus épais en fin de tétée), tout au long de la journée, de mère en mère et selon l’âge du bébé. Les mères de bébés prématurés ont un lait différent. Mais le lait maternel est toujours de bonne qualité. Certaines mères sont capables de stocker plus de lait dans leurs seins que d’autres. Leurs bébés mendient plus de fois, mais grandissent tout aussi bien.